Education positive et bienveillante - Eaubonne(95600)

Histoire de l'éducation positive et bienveillante

Bien que le terme d’ « éducation positive » date des années 80, la philosophie de cette approche éducative centrée sur le développement harmonieux de l'enfant ne date pas d'hier. Elle fut portée non seulement par la recherche de médecines pédagogues comme Maria Montessori (1870-1952)  mais aussi par Pauline Kergomard (1838-1925) qui était institutrice puis inspectrice générale des écoles maternelles Françaises. On retiendra aussi le psychothérapeute clinicien Alfred Alder (1870-1937) qui participa a des cercles de réflexion sur ce sujet organisés par Sigmund Freud.

Le soutien à la parentalité est donc le fruit d’une large concertation conduite par les meilleurs spécialistes au cours du dernier siècle. 

Ces précurseurs avaient comme idée fondatrice de pouvoir changer les modes d'éducation existants afin de permettre aux enfants d'évoluer et de s'épanouir dès le plus jeune âge afin de devenir de meilleurs adultes. Les effets des guerres et des tensions internationales étaient en effet bien présents à cette époque.

Pauline Kergomard introduisit les activités artistiques et sportives au sein des écoles dans l'objectif de favoriser le développement naturel de l'enfant dans des domaines plus larges que ceux enseignés à cette époque. C'est en autre grâce à elle que les enfants ont pu bénéficier de mobiliers adaptés à leur taille.

Elle exprimait son idéal d'enseignement de la façon suivante : « Laissons à l’enfant toute sa spontanéité. Éveillons ses énergies au lieu de les réprimer : pas de contraintes, pas de punitions, attendons, pour lui inculquer des connaissances, que sa curiosité aspire à les recevoir. » 

En matière de parentalité positive et bienveillante, on ne peut oublier Maria Montessori,  Médecin et pédagogue italienne, qui consacra l'essentiel de sa vie à concevoir et promouvoir une méthode éducative pour les enfants issus de quartiers défavorisés. Son enseignement se fonde sur l'observation des besoins de l'enfant qui sous-tendent son attitude et ses réactions. Très proches des principes de la Communication Non Violente (qui arrivera après via Marshall Rosemberg), la méthode Montessori met l'enfant au coeur de son propre apprentissage afin de développer son autonomie et l'estime de soi. Sa plus grande réussite est le lancement des écoles Montessori qui proposent un cadre techniques (mobiliers, ateliers, tâches) adaptés aux enfants et propices à leur développement. Ces écoles n'ont cessé de se développer depuis lors, et on compte en 2017, 605 écoles primaires et 563 collèges/lycées hors contrat, selon des chiffres du ministère de l'Education nationale. Toutes ne sont pas des écoles agréées par l'Association Montessori mais proposent des méthodes pédagogiques alternatives proches de sa philosophie.

En matière d'éducation positive et bienveillante à Eaubonne, je vous invite à nous rencontrer afin de pouvoir faire un point sur votre situation et vos donner les objectifs et principes éducatifs de cette approche en miroir à votre mode de fonctionnement. 

« L’adulte doit donner ce qui est nécessaire à l’enfant pour qu’il puisse agir de lui-même. Si l’adulte donne moins que le nécessaire, l’enfant ne peut agir de façon conséquente ; et si l’adulte donne trop, il s’impose à l’enfant et risque d’éteindre ses impulsions créatrices. » (Maria Montessori)