L'arrivée d'un nouvel enfant

March 1, 2017

Alors que le couple avait commencé à bâtir son mode de vie, son organisation, ses rituels, un test de grossesse positif amorce les prémices de la mise en place d'une organisation familiale et des règles de vie différentes.

 

Dès cet instant, un décalage se produit entre l'homme quelque peu extérieur à cet événement mais qui le rend heureux (je parle ici du cas d'une naissance désirée par le couple) et la femme qui le vit de l'intérieur mais voit toute sa féminité se transformer au fil de sa grossesse.


Les priorités changent, les règles aussi et l'organisation du couple s'en trouve complètement changée. L'adaptation de l'un et de l'autre évolue selon son propre rythme et personnalité, celle de la femme étant en général plus rapide que celle de l'homme. 


Le couple étant mis entre parenthèses pendant des mois, il n'est pas rare qu'ils rencontrent des difficultés à se retrouver lorsqu'ils commencent à sortir des couches et des biberons.

 

Fort heureusement, dans la plupart du temps, chacun comprend la situation et le caractère normal des difficultés qu'ils traversent. En revanche, lorsque l'un des partenaires ne prend pas la mesure des efforts qu'il doit produire pour soutenir l'autre, un décalage  empreint d'un sentiment de frustration ou de solitude peut s'installer chez ce dernier.  

 

Cette situation peut se produire quand le 'déclic paternel' n'a pas fonctionné chez l'homme ou que ce dernier, freiné dans sa paternité par les impératifs de sa vie professionnelle, n'arrive pas à apporter le soutien nécessaire et légitime à sa conjointe.


Mais le cas inverse peut se produire. On parla alors de surinvestissement du rôle de parent. Le nouveau statut de parent est parfois vécu comme un tel bonheur, que l'enfant devient le centre d'intérêt unique d'un des conjoints. L'autre peut alors subir un isolement affectif et psychologique source de frustrations et de rancœurs.


Pour ces deux cas de figure, les propos que nous entendons en thérapie conjugale sont par exemple :
•    Depuis qu'Antoine est né, j'assume tout. Lui ne fait rien et rendre tard du boulot.
•    Nous ne faisons plus rien que de nous occuper des enfants, notre vie intime est quasi-inexistante
•    Ma fille adule son père qui s'est occupé d'elle depuis sa naissance, elle ne voit que lui. 
•    J'ai l'impression de n'être la priorité de personne au sein même dans ma famille


Bien heureusement, il ne faut pas nécessairement voir l'expression d'un malaise existant ou d'une remise en cause du couple lui-même. En général, quand une

 

prise de conscience est faite et partagée dans le couple, des solutions sont trouvées pour que le couple puisse exister en tant que tel sans pour autant remettre en cause ses impératifs parentaux.
 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Dernier post

Aide à la parentalité : face à la colère

July 29, 2019

1/8
Please reload

Posts recents
Please reload

Recherche par Tags
Me suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic