Le Couple et le sens du devoir

June 13, 2019

 

« Aussi longtemps que j’aurai l’impression dans mon couple de faire des choses par devoir, je résisterai même si je tiens à les faire », disait Marshall Rosenberg.

 

Quand je ressens une obligation, qu’elle résonne en moi ou vienne de l’extérieur, je n’éprouve plus de joie à agir. 

 

Lorsqu’un couple traverse une crise profonde parce que le ressenti de l’obligation est devenu trop fort, l’implosion n’est pas loin.

 

Un couple ne se construit pas dans le devoir mais dans la joie d’être, d’être ensemble et d’être soi-même. Dès que nous faisons une chose par obligation, nous répondons à un besoin tout en négligeant un autre. C’est cette dualité intérieure qui peut, au fil des années, être de plus en plus pesante.

 

Intérieurement, c’est le besoin insatisfait qui crie le plus fort alors… autant l’écouter !

 

Il n’est jamais bon de privilégier un besoin au détriment d’un autre et si tel est le cas, il est nécessaire d’y mettre de la conscience. Dans une thérapie de couple basée sur la Communication Non Violente, c’est un des principes directeurs.

 

Mettre de la conscience sur un besoin insatisfait est une des clés pour baisser son capital ‘mal être’.

 

Mais pour cela, il faut beaucoup d’écoute et d’empathie. Long est parfois le chemin qui nous amène à comprendre le vivant qui est en nous.

 

A ce propos, j’ai rencontré un couple qui vivait depuis quelques années dans le Devoir. La femme considérait son rôle comme un ensemble d’obligations familiales qu’elle avait vis-à-vis de son conjoint, de ses enfants et de la famille. L’homme portait les mêmes obligations. Chacune des obligations étaient remplie en fonction des rôles qu’ils s’étaient respectivement attribués. Le couple était arrivé à un tel niveau de saturation, qu’ils ne se supportaient plus.

 

Les premiers entretiens ont été vraiment difficiles et il m’a fallu de grandes oreilles de Girafe pour comprendre toute la beauté des besoins qui sous-tendaient les cris, les pleurs, les reproches et les silences.

 

C’est pour cette raison que j’ai choisi ce métier. Chaque fois que je rencontre un couple en crise, je vois la beauté des êtres meurtris qui, au-delà des maux, sont authentiques et ont des besoins magnifiques à nourrir. Bien souvent ces besoins sont des besoins d’amour, de considération, d’harmonie et de joie.

 

J’aimerais parfois leur servir ma vision sur un plateau mais l’expérience m’a appris qu’il faut du temps pour l’accepter, le temps de la compréhension et le temps de la reconstruction quand cela reste possible.

 

Au sein de couple, notre vie prend un sens différent quand nous respectons notre être intérieur, notre couleur, notre vibration. Il n’existe pas de besoins contradictoires, seules les stratégies pour les nourrir peuvent parfois être tragiques et induire une relation dysfonctionnelle.

 

Comprendre ceci est l’une des clés du couple heureux. Je vous invite donc, chaque fois que vous faites quelque chose par obligation au sein de votre couple, de prendre un peu de temps pour vous poser cette question : En acceptant cette obligation, a quel besoin je réponds ? Et à quel autre je ne réponds pas ?

 

Et quand vous aurez nommé les deux, demandez-vous de quelle manière vous pouvez les nourrir tous les deux.

 

Qui peut le plus…

 

Laurent

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Dernier post

Aide à la parentalité : face à la colère

July 29, 2019

1/8
Please reload

Posts recents
Please reload

Recherche par Tags
Me suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic