Cette chère infidélité !

January 2, 2017

Société hyper-sexualisée, banalisation des rapports intimes entre les femmes et les hommes, révolution sexuelle des années soixante-dix... faits de société ou pas, la minimisation des effets négatifs de l'infidélité est devenue une pensée couramment rencontrée en matière de thérapie de couple. Ne pas remettre en cause sa relation de couple pour "quelques coups de canifs" est une manière complètement schizoïde de penser que l'on peut s'engager dans des rapports intimes avec une tierce personne sans implication émotive et relationnelle.

 

"Tout le monde le fait... et donc pourquoi pas moi". Pour certains, l'infidélité serait presque thérapeutique. Elle compenserait la monotonie sexuelle ou émotive du couple sans le remettre en cause. Et puis, ce qu'on ne sait pas, ne peut faire de mal. Le problème est que la personne infidèle le sait... c'est pourquoi, elle en arrive presque toujours à révéler son "secret" plus ou moins bien caché, afin de se libérer de ce poids qu'elle est seule à supporter, avec toutes les conséquences qui s'ensuivent. D'ailleurs bien souvent, l'autre apprend l'infidélité plusieurs années plus tard et constate que sa relation, les gestes et propos d'affection qu'il a reçus depuis, étaient basées sur un mensonge ou un non-dit. Sans compter toutes les interrogations qu'il est en droit de se poser en matière de M.S.T (Maladies Sexuellement Transmissibles)

 

Pire encore "L'homme est infidèle pour le sexe, et la femme par sentiment !".  Depuis des millénaires, cette croyance presque religieuse conduit notre société à pardonner plus facilement l'infidélité des hommes que celle des femmes. 

 

Dans la grande majorité des cas donc, hors problèmes de perversion profonde, l'infidélité s'inscrit avant tout dans un manque affectif ou de reconnaissance au sein du couple. Mais attention, il serait trop facile de rejeter sa propre responsabilité sur l'autre. Plus que la peur des conséquences destructrices sur le couple, les véritables considérations à avoir sur ce sujet sont d'ordre de l'éthique et de la dignité humaine. 

 

Quoiqu'il en soit, l'infidélité comme la fidélité d'écoule d'un parcours personnel. La décision n'est pas de passer à l'acte ou pas, mais de traiter au sein du couple les causes qui ont conduit à envisager une telle possibilité. Car, à moins d'être masochiste, on n'est pas infidèle lorsque l'on est vraiment heureux et épanoui dans son couple. La réalité est que plus de 95% des personnes interrogées considèrent que la fidélité est importante pour la survie du couple. Et pourtant près de 80% des couples sont un jour ou l'autre aux prises avec l'infidélités et 65% des couples divorcent suite aux aveux. Dans les 35% restant, près de la moitié ne pardonne pas cette trahison de leur conjoint.

 

Alors pourquoi prendre le risque de détruire son couple pour cette "Chère infidélité" si ce n'est par fuite ou bêtise et le manque de courage d'affronter les difficultés de son couple.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Dernier post

Aide à la parentalité : face à la colère

July 29, 2019

1/8
Please reload

Posts recents
Please reload

Recherche par Tags
Me suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic