J’en fais toujours trop peu et je culpabilise

May 30, 2018

Il n’est pas rare dans une relation de couple que l’un des conjoints ait l’impression de n’en faire jamais assez pour l’autre.


Je ne donnais pas ce qu’il attendait, pas à la manière dont il attendait’ m’explique Julie  lors d’une séance de thérapie. ‘Je vois que je suis toujours en train de me culpabiliser de tout,  comme quoi je n’en faisais jamais assez et j’ai l’impression en même temps de m’oublier, de ne jamais prendre du temps pour moi’.


L’émotion de Julie quand elle évoque sa vie avec son compagnon est empreinte d’une profonde tristesse  à la mesure de toute la culpabilité qui l’envahit quand elle constate que tout ce qu’elle fait n’est jamais suffisant au regard de celui-ci.


Que faire quand je fais tout mon possible et que cela ne suffit jamais ? Comment équilibrer ma relation avec l’autre quand celui manifeste son désaccord en me faisant comprendre ‘si je suis mal c’est parce que TU fais ne me suffit pas !’ ?


Comme le dit Marshall Rosenberg, père de la CNV, l’homme est un être de contribution. Notre nature première aspire à contribuer au bonheur des autres et cet élan se manifeste d’autant plus que les gens nous touchent profondément (famille, conjoint, enfants, amis…). Alors quand ce type de situation arrive, il est naturel que quelque chose s’effondre en nous car cela va tout simplement à l’encontre de notre élan de contribution .


Il n’est pas rare dans un couple qu’un des conjoints n’ait pas le moyen de s’aider lui-même et qu’il puise son énergie de vie sur l’autre. Dans les cas extrêmes, cela peut aller jusqu’à  la perversion narcissique. On connait bien les dégâts qu’un tel comportement peut occasionner sur l’autre.
 
La vision de la culpabilité
 
Thomas d'Ansembourg l’explique très bien dans son livre ‘Arrêtez d’être gentil, soyez-vrais’, notre éduction, notre conditionnement, nous apprennent que nous sommes responsables de ce que vivent les autres.  Cela nous est enseigné depuis notre plus tendre enfance par tant de propos qu'on nous répète ‘si tu ne fais pas ceci, papa sera en colère’, ‘si tu n’as pas de bonnes notes, je serai triste’, ‘Tu as eu 8 à l’école, tu me fais plaisir !’, ‘On voit bien que tu n’as pas de cœur car si tu m’aimais…’


Ainsi, au fil des années, nous cultivons en nous le  syndrome de la culpabilité alors que LA REALITE c’est que nous n’avons pas de pouvoir sur l’autre, NI sur son bien-être, Ni sur son mal-être. Nous confondons stimuli et réponse.


Quand une personne vous rend responsable de son bien-être, elle est tout simplement dans l’exigence dont découlent le blâme et parfois elle est même dans la punition. Autant d’ingrédients qui vont progressivement couper l’élan de la relation.


Toute exigence essaie de nourrir des besoins de l’un sans prendre en compte les besoins de l’autre. Quand l’un des conjoints n’a pas les moyens de nourrir ses propres besoins d’une manière autonome et que sa seule stratégie est d’exiger que l’autre y pourvoit , il fait en même temps effondrer l’essence même de relation. Et quand Julie se fait violence pour donner toujours plus à son conjoint, elle instaure en même temps une violence au sein de son couple qui sera destructive à plus ou moins long terme pour celui-ci. Il y a donc une coresponsabilité.

 

Un couple est une relation de cœur à cœur où chaque être doit trouver un terrain fertile pour progresser individuellement, s’épanouir et parfois transmettre. L’élan du couple s’inscrit dans l’équilibre et la coresponsabilisation de la relation. 


Si vous êtes dans une situation proche de celle de Julie, je vous conseille la pratique de la C.N.V. qui vous donnera les moyens de mieux appréhender votre relation de couple et de vous responsabiliser avec davantage de justesse vis à vis de celle-ci.


En cadeau, voici une petite devise à vous répéter régulièrement et qui vous aidera peu à peu à changer de paradigme : Je ne suis pas responsable de tes besoins, je ne suis pas responsable de ton équilibre mais j’aime profondément participer à ton bien être avec les moyens dont je dispose
 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Dernier post

Aide à la parentalité : face à la colère

July 29, 2019

1/8
Please reload

Posts recents
Please reload

Recherche par Tags
Me suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • Google Classic